Il y a des moments qui nous emportent dans les entrailles des tripes, juste parce que nous sommes au bon endroit au bon moment. C’est là que le geste des couleurs m’envahit et que plus rien ne peut me retenir. Comme un enfant, un innocent, qui reçoit une boite d’aquarelle attendue depuis longtemps. Comme si les “règles pragmatiques” de la vie et toutes ses contraintes étaient effacées en un peu plus d’une seconde. Le temps passe vite, impossible de le saisir, impossible d’être présent. Comme si une nouvelle dimension nous engouffrait et nous ramenait aux souvenirs ancestraux qui font de nous des êtres très particuliers sur cette planète.

Quelles sont les frontières entre la réalité des éléments et notre corps plein d’émotions ?

 

Émotions de Bretagne